Les grandes jambes

Les grandes jambes

Porter un jean qui vous va à merveille, ça change votre vision du monde. Depuis que j’ai quitté la maison, je me sens d’humeur à mordre la vie à pleine dents. A conquérir le monde. A relever des défis. A regarder Grégory dans les yeux, peut-être même.

Titre : Les grandes jambes

Auteur : Sophie Adriansen

Genre : Bio-fiction / Jeunesse

Éditeur :Slalom

Nombre de pages :  112 pages

Date de sortie : 9 juin 2016

Présentation de l’éditeur / résumé : Marion, collégienne en pleine croissance, est obsédée par la longueur de ses jambes qui n’en finissent pas de s’allonger, rendant la recherche d’un jean qui lui aille bien extrêmement délicate. A l’âge des complexes, des premiers émois amoureux et de la construction de l’image de soi, être hors cadre se révèle parfois difficile, voire douloureux. Comment attirer les regards de Grégory, dont elle est amoureuse, avec un pantalon qui lui découvre les chevilles ?

Mais alors que le collège part en voyage scolaire à Amsterdam, Marion profite de cette occasion pour élargir son horizon. Elle approfondit sa passion pour l’art, notamment en découvrant in situ le célèbre tableau La Ronde de nuit, et met en perspective ces contrariétés d’adolescente née après l’an 2000 en visitant la maison d’Anne Frank.

Mon avis :

Le livre nous parle d’une adolescente et de son complexe : Sa grande taille !

Les poussées de croissances, Marion les connaît. La jeune fille est la plus grande de sa classe et elle le vit plutôt mal, surtout quand elle se retrouve incapable de trouver des pantalons à sa taille.

Notre jeune adolescente est extrêmement centrée sur elle-même. Idem pour les autres personnages d’ailleurs. Je ne me souviens pas de mon adolescence de cette façon mais j’imagine que des souvenirs peuvent s’altérer quand on grandit. 😉

Loin de subir son complexe comme une leçon, Marion juge. Grossophobe et plutôt moqueuse vis-à-vis de quelques camarades (sur des prénoms qu’elle considère comme vieillot par exemple). Elle ne retient que les moqueries à son égard et se soucie peu de son propre comportement à l’égard des autres.

D’après ce que j’ai compris, ce livre est une expérience personnelle de l’auteure et donc une Bio fiction.

L’écriture est plutôt simple, mais fait le travail en vue de l’âge visé (entre 10 et 13 ans).

Ni aimé, ni détesté, j’ai tout de même eu du mal avec la “morale” de l’histoire. Comme dit plus haut, Marion se montre très superficielle et ne s’occupe que de ses propres problèmes et au final à la fin du livre ça ne change pas vraiment. Toujours centrée sur elle, son complexe se voit “réglé” par un nouveau pantalon mais à part ça… Pas de : “Il faut s’accepter… Pour  n livre pour des ados, c’est limite.

Conclusion :

Un livre simple qui se lit rapidement mais qui aurait pu être plus travaillé et avec une fin plus sur l’acceptation.

Note : 5/10

*Cet avis n’engage que moi et je conseille à chacun de se faire sa propre idée.

Où l’acheter ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réseaux littéraires

 

Badge Lecteur professionnel