Les Galeries Hurlantes

Dehors, le crachin s’était imposé dans le village. Nous étions début juillet et le temps était exécrable, digne d’un mois d’octobre, et ce, depuis déjà plusieurs jours.

Titre : Les Galeries Hurlantes

Auteur : Jean-Marc Dhainaut

Genre : Paranormal

Éditeur : Taurnada

Nombre de pages : 224 pages

Date de sortie: 4 Juillet 2019

Présentation de l’éditeur / résumé :

Karine, dix ans, joue avec un ami imaginaire. Tout ce qu’elle sait, c’est son âge et qu’il n’aime pas Alan Lambin, le spécialiste en paranormal que son père, désemparé et dépassé par une succession de phénomènes étranges, a appelé à l’aide.
Et si l’origine de tout cela se trouvait dans les anciennes galeries minières existant toujours sous ce village du Nord ? Le seul moyen d’accéder à ce dédale oublié de tous serait les sous-sols d’un hôpital abandonné et hanté par le souvenir de tous ceux qui y laissèrent leur vie, un matin d’hiver, treize ans plus tôt.

Mon avis :

Alors… Alors… Alors ! Je commence cette critique en mangeant un bon crumble bien chaud avec un plaid sur les épaules et de la musique de pirates en fond. Trois des choses que je préfère au monde. Oui il me fallait au moins ça pour me remettre de ma lecture.

Dans ce troisième volet des Aventures D’Alan Lambin, nous retrouvons notre chasseur de fantôme préféré, seul. Sans Mina. Seul. Dans un village du nord. Alan vient en aide à un père dépressif, désemparé, au bord du gouffre (Pour ceux qui l’on déjà lu, c’est sans mauvais jeu de mots ^^) qui est dépassé par les phénomènes étranges qui se produisent chez lui. Toujours fidèle à lui-même, Alan est sceptique. Mais encore une fois, il se rend tout de même sur place pour rationaliser et rassurer. Qu’elle ne fut pas sa surprise de voir de ses propres yeux un esprit.

Alors ! Sur la trame principale, on suit le même principe que pour les deux précédents romans. Un appel, Alan qui rationalise, Mina, qui lui fait comprendre que de toute façon il ira quand même. Sur l’histoire c’est très différent ! Chaque livre possède des événements, des relations et ce qui en suit, qui lui sont propres, ce qui fait que c’est toujours un plaisir de s’y embarquer pour savoir ce que l’auteur va nous faire vivre.

Donc on découvre, on est sous le choc, on a peur. Bon je suis une petite nature mais lire le soir seule dans le noir… Bah ce n’était pas une bonne idée ^^

Les descriptions sont sublimes. Elles contiennent énormément de détails pour bien nous situer mais je n’ai pas l’impression que l’on me submerge d’informations.

J’ai cependant encore retrouvé ce narrateur qui Spoil… (Les briseurs de suspense et les anti-choc comme je les avais appelés dans la chronique des Prières de Sang) Mais bon, c’est un avis 100 % personnel.

Je finis donc sur la qualité des phrases, le naturel des dialogues (excepté quelques-uns que j’ai trouvé « rapide »), l’inventivité, et l’imagination de l’auteur pour créer des intrigues aussi addictives et bouleversantes !

Conclusion : Jamais de déception avec Jean-Marc et Alan ! C’est un nouveau coup de cœur pour moi (même si j’ai eu une sacrée crise de larmes ^^). L’écrit est inventif, addictif et qualitatif que faut-il de plus pour un livre réussi ? Ah oui, Alan !

Note : 10/10

 

Ce qui est en Gras et en italique est destiné à l’auteur pour qu’il sache que je suis outrée des larmes que son livre m’a fait verser ! 😉

*Cet avis n’engage que moi et je conseille à chacun de se faire sa propre idée.

Où l’acheter ?

Post Your Comment Here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *