Mon ombre assassine, SP

Tremblante, j’avais fait couler de l’eau dans la baignoire. Je m’y étais plongée dans un état second. Tout était devenu irréel. Je respirais, voyais, entendais des odeurs, des images, des sons que je ne parvenais plus à rattacher à la réalité. Je n’arrivais plus à leur donner un sens. Il ne restait que le choc et la douleur.

 

Titre : Mon ombre assassine

Auteur : Estelle Tharreau

Genre : Thriller

Éditeur : Taurnada éditions

Nombre de pages : 257 pages

Date de sortie : 17 Janvier 2019

Présentation de l’éditeur :

En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession.
Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs.
Celle d’une femme manipulatrice et cynique.
Celle d’une tueuse en série froide et méthodique.
Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir.
Une ombre. Une ombre assassine.

Résumé ://

Mon avis :

C’est comme ça que commence cette critique ! Trois points. Ces trois points signifient mon état actuel alors que je viens tout juste de finir le livre. Comment vous décrire cette claque monumentale que je me suis prise !?

L’histoire parle de Nadège Solignac, une institutrice très appréciée qui est accusée d’avoir tué ( “Homicide involontaire” ) Fabien Bianchi. Lors de son placement en cellule, commence la découverte des souvenirs racontés aux lecteurs par Nadège, elle-même. Les souvenirs sont entrecoupés de passages d’interrogatoires par la police et d’articles de journaux sur l’affaire, nous informant du soutient de ses proches et de l’opinion publique.

Ses souvenirs commencent par l’enfance, continuent sur l’adolescence et l’âge adulte avant de finir sur le meurtre de Mr Bianchi.

Dès les premières lignes de Nadège ont voit sa névrose et sa froideur, puis les premiers souvenirs nous indiquent les prémices du pourquoi et de ce qu’elle est devenue.

Les événements et les attitudes de son enfance sont durs et perturbants (Glauques ?).

J’ai eu beaucoup de difficultés à lire ce livre, il est triste et violent. Nadège, n’a pas eu suffisamment d’humanité dans son entourage pour l’apprendre et pour éviter le massacre. C’est une femme terrifiante qui ne laisse aucune place aux bons sentiments, elle n’en à pas besoin. Elle est calculatrice et manipulatrice depuis l’enfance et, si certaines conversations et certains passages avec son frère et sa belle-sœur étaient touchants, les pensées de Nadège à ces instants brisaient sans état d’âme la douceur de ces échanges. Ce sont des conversations que chacun d’entre nous pourrait avoir, des mots que quelqu’un pourrait nous dire un jour.

J’ai eu la nausée et les larmes aux yeux plus d’une fois pour l’entourage de Nadège mais pas une seule fois la compassion ne m’a traversée pour elle et pourtant j’ai la pitié facile pour les “monstres” de romans.

Pour ce qui est de l’immersion, j’ai tendance à reprocher aux romans quand je ne me sens pas “happée” par le personnage mais là… c’est un soulagement ! Cependant j’ai suffisamment ressenti d’émotions (que ce soit du dégoût, de la colère de la tristesse et du malaise (l’émotion qui en ressort le plus d’ailleurs…) pour dire que le livre est une réussite.

L’écriture de l’auteur est sophistiquée mais va droit au but et c’est exactement ce qu’il fallait au livre (selon moi)

Le plus terrifiant dans ce livre est son réalisme, la possibilité de voir un membre sa famille, un ami, un voisin être ce qu’est Nadège Solignac.

Conclusion : C’est une découverte macabre, un livre angoissant que je ne relirai probablement pas (beaucoup trop choquée… ^^ ) mais très bien écrit. C’est un thriller qui vaut le coup d’œil et que je recommande. A lire avec précaution pour les âmes sensibles cependant…

Les gens comme moi quoi 😉

 

Note : 10/10

 

 

Où l’acheter ?

Papier : Sur la boutique officiel de Taurnada

Ebook : Sur Amazon (lien affilié)

Post Your Comment Here

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *